Ingres, Jean Auguste Dominique

Personnage représenté

1 monument(s) lié(s)
Chargement...

Biographie : Peintre Après des études à Toulouse, Ingres entra à 17 ans dans l'atelier de David à Paris. Grand prix de Rome en 1801, il attendit 1806 de pouvoir se rendre à Rome, la politique de conquête de Napoléon rendant le chemin de l'Italie peu sûr. A titre de dédommagement, l'administration lui octroya une pension et un atelier où il se lia avec - entre autres - Gros, Girodet, Granet et Bartolini. Il réalisa des portraits et reçut des commandes officielles, comme “Napoléon 1er sur le trône impérial” (1806, Paris, musée de l'Armée). Les cinq années de pensionnat terminées, Ingres décida de rester à Rome où il s'était constitué une clientèle de fonctionnaires de l'Empire. Il peignit des décors pour le palais impérial de Monte Cavallo sur le Quirinal et pour la Villa Aldobrandini. La chute de l'Empire en 1815 constitua un frein pour sa carrière. Il s'installa à Florence en 1820, où il réalisa, à la demande du gouvernement français, “Le Voeu de Louis XIII” (cathédrale de Montauban) avec lequel il fait un retour triomphal à Paris en 1824. Il tint lieu de chef de file du classicisme face aux Massacres de Scio que présente Delacroix au même Salon. Décoré de la croix de la Légion d'honneur, élu à l'Académie des Beaux-arts, sa notoriété fut immense, ses élèves nombreux. Il reçut la commande d'un plafond pour le Louvre : “L' Apothéose d'Homère” (1827). Lorsqu'en 1834 “”Le Martyr de Saint-Symphorien” (cathédrale d'Autun) fut mal accepté par la critique, il décida de ne plus exposer au Salon et accepta le poste de directeur de l'Académie de France à Rome. De retour à Paris en 1841, réalisa, outre des portraits, des ensembles décoratifs pour le château de Dampierre (1842 - 1849, inachevé), l'Hôtel de Ville de Paris (1853, détruit) ainsi que des cartons pour des vitraux de la chapelle Saint-Ferdinand à Paris et Saint-Louis à Dreux. Commandeur de la Légion d'Honneur en 1845, président de l'Ecole des Beaux-arts en 1850, Ingres eut le privilège d'une exposition rétrospective personnelle à l'Exposition universelle de 1855. C'est à 83 ans qu'il termina “Le Bain turc” (Louvre), chef-d'oeuvre de la fin de sa vie.

Secteur d'activité : arts et lettres, peinture et arts graphiques
Période historique : Monarchie de Juillet