Boucher, François

Personnage représenté

monument(s) lié(s)
Chargement...

Biographie : Peintre Fils d'un ornemaniste et marchand d'estampes, Boucher reçut une formation d'illustrateur avant d'obtenir le Prix de Rome en 1724. Ses années romaines (1727-1731) lui donnèrent l'occasion de voyager notamment à Gênes, à Parme, à Venise. De retour en France, il reprit ses travaux d'illustration, et commence une longue carrière officielle de peintre. Son activité brillante et incessante le conduisit à la fois à réaliser des décors de théâtre et d'opéra, des dessins d'ornements pour la manufacture de Sèvres, des cartons de tapisserie pour les Gobelins, des décors d'appartements royaux (plafond de la chambre de la reine à Versailles par exemple) et des peintures de chevalet. A partir des années 1730, Boucher développe un répertoire de scènes mythologiques ou allégoriques galantes. Avec virtuosité, il exploite, jusqu'à sa mort, un canon féminin épanoui et sensuel qui marque la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Boucher fit une carrière brillante, connut tous les honneurs, bénéficia de l'intérêt de nombreux amateurs, en premier lieu de la protection de Madame de Pompadour. Mais, dès avant la mort de l'artiste, son art, jugé trop élégant et facile, connut une longue période de désaffection. Boucher sortit de l'oubli sous le Second Empire, grâce au goût de l'impératrice Eugénie, ainsi qu'aux travaux d'histoire de l'art de Thoré-Bürger, des Goncourt, de Mantz... poursuivis au début du XXe siècle.

Secteur d'activité : arts et lettres, peinture et arts graphiques
Période historique : XVIIIe siècle