Monument à la Défense de 1557


Date : 1897
Catégorie de monument :
Commémorations de l'Histoire, Temps modernes
Type d'oeuvre :
ensemble
Matériaux :
bronze
Sculpteur(s) :
Theunissen, Corneille (Anzin, Nord 1863 - Paris 1918)
Architecte :
Heubès Charles J. (? - ?) ; Thiébaut Frères (? - ?)
Inscriptions :
sur le piédestal, face principale : CIVIS MURUS / ERAT / 1557 (Mes citoyens sont mes remparts)
Historique :
1883 : Charles Picard, ancien maire de Saint-Quentin, lègue à la ville trente actions des Chemins de Fer du Nord, pour l’érection d’un monument commémoratif en l’honneur des défenseurs de la ville.
1890 : cette somme importante, 100 000 francs, est complétée par la fille de Picard.
1893 : un concours est organisé par le maire François Hugues et neuf projets sont exposés dans la salle Vauban. Un référendum accorde une écrasante majorité au projet de Theunissen qui est choisi par le jury. Le projet dépasse 100 000 F, la ville paiera la différence aidée par une subvention de l’Etat.
1895 : pose de la première pierre le 7 juillet en présence de Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires Etrangères. Dans un coffret en fonte scellé, on place le procès-verbal sur parchemin et une plaque en cuivre gravée d’une inscription.
1896 : mars, installation de la partie supérieure du piédestal. Le monument est achevé en juillet.
1897 : 7 juin, inauguration par Félix Faure, président de la République. A cette occasion, la ville reçoit la croix de chevalier de la Légion d’honneur pour la défense du 8 octobre 1870.
1917 : le monument est démonté pour le bronze par les Allemands.
1931 : le maire Romain Tricoteaux décide de reconstituer le monument. Grâce à une maquette et des photographies, la veuve de Theunissen s’engage à faire réaliser une réplique en bronze par Bertrand, ancien collaborateur de son mari et Terroir. Il ne reste que deux têtes de l’ancien monument. Les statues sont fondues par Minet. Restauration par Durenne.
1933 : une copie du monument est inaugurée, réplique réalisée par Louis Bertrand.
1989 : le monument est démonté pour permettre les travaux du parking souterrain.
1998 : le 27 avril, il est réinstallé place du Huit-octobre.
Description :
H. 16 m. Groupe du haut H. 3 m, poids 2600 kg. En bas douze personnes de H. 1,40, poids 9 tonnes. Le sculpteur a choisi comme modèles des habitants de Saint-Quentin. A l’origine, chaque nom était gravé dans le cou des personnages. Trois compositions mettent en exergue l’esprit de résistance active de tous les Saint-Quentinois : nobles, hommes du peuple et miliciens. La quatrième scène montre la douleur silencieuse de toute une population qui refuse de baisser la tête.
Expositions :
1895, Paris, Salon (SAF), n° 3526, (matière non indiquée), "La ville de Saint-Quentin protégeant la France contre l'invasion espagnole en 1557. Ce groupe surmonte le monument que la ville de Saint-Quentin doit ériger en 1896 pour rappeler son héroïque résistance de 1557"
1896, Paris, Salon (SAF) n° 3863, groupe bronze, "L'Amiral Coligny et le mayeur de la ville organisant la défense de Saint-Quentin en 1557. Les cannoniers amènent une pièce d'artillerie sur le rempart. Cathelire Lallier soigne un blessé sur le rempart"
1896, Paris, Salon (SAF), n° 3863
Oeuvres en rapport :
Maquette au tiers au musée de Saint-Quentin
Source :
Fonds Debuisson
Documentation du musée d'Orsay
Bouloy, Philippe, Picardie, service régional de l’Inventaire
Site internet : http://stqvillhist.free.fr, consultation du 17/06/03
Bibliographie :
1921, Lami, Stanislas, Dictionnaire des sculpteurs de l'Ecole française au Dix-neuvième siècle, Paris, Honoré Champion, quatre volumes, t. IV, p.294-295
1983, Mémoire de la Société Académique de Saint-Quentin
1987, Sallandre Serge et Ponthieux Jean-Marie, Les monuments commémoratifs dans le Vermandois
2015, Limousin, Catherine, Corneille et Paul Theunissen. Catalogue raisonné sous la direction du professeur Alain Bonnet, Paris, Mare & Martin, n° 40, p.100-104


 
Identifiant :
2117
Localisation à l'origine
Hauts-de-France, Aisne, Saint-Quentin, place de l'Hôtel-de-Ville
Localisation actuelle
Hauts-de-France, Aisne, Saint-Quentin, place du huit-Octobre