Monument à Gambetta


Date : 1884
Catégorie de monument :
Grands hommes
Type d'oeuvre :
statue ; groupe
Matériaux :
bronze
Sculpteur(s) :
Falguière, Alexandre (Toulouse 1831 - Paris 1900)
Personnage(s) représenté(s) :
Gambetta, Léon (Cahors 1838 - Paris 1882)
Architecte :
Pujol Casimir-Paul (1848-?) (? - ?) ; Thiébaut Frères (? - ?)
Inscriptions :
sous le canon : A. Falguière Stat / Paul Pujol Arch.
sur le piédestal, à l'avant : A / GAMBETTA / NE A CAHORS / LE 2 AVRIL 1838
sur le piédestal, à l'arrière : FRANCAIS / ELEVEZ VOS AMES ET VOS RESOLUTIONS / A LA HAUTEUR DES EFFROYABLES PERILS / QUI FONDENT SUR LA PATRIE / IL DEPEND ENCORE DE NOUS / DE LAISSER LA MAUVAISE FORTUNE / ET DE MONTRER A L'UNIVERS / CE QU'EST UN GRAND PEUPLE / QUI NE VEUT PAS PERDRE / ET DONT LE COURAGE S'EXALTE / AU SEIN MEME DES CATASTROPHES
Historique :
1883 : constitution d’un comité composé de Le Royer, président du Sénat, et d’Henri Brisson, président de la Chambre.
1884 : un programme instaure un concours entre les artistes français, sans imposer ni emplacement ni proportions. La remise des projets doit se faire du 25 mai au 1er juin 1884, sous forme d'une maquette au 20e signée, avec croquis d'emplacement et devis d'architecte. Un jury de 15 membres est constitué. L’Etat fait don de 15 000 F. pour la fonte en bronze des statues. Le conseil municipal offre 19 000 F. Le reste de la dépense est couvert par une souscription nationale.
1884 : 14 avril, inauguration du monument en présence de Jules Ferry et de Waldeck Rousseau.
1941 : décembre, sont refondus sous le régime de Vichy le soldat blessé, le fusiller marin et le drapeau.
1943 : la direction des Beaux-Arts annonce la réquisition de la statue de Gambetta. La municipalité adresse alors une requête au maréchal Pétain : “Cette disparition serait très vivement ressentie par mes administrés qui en dehors de toute opinion politique, voient en Gambetta un enfant du pays qui, en des heures douloureuses de notre histoire a incarné l'idée et le symbole de la Patrie”.
Description :
H. 3 m. Gambetta est appuyé sur un canon de la main droite, tient une carte, et désigne la frontière de la gauche. Sur l'emmarchement du piédestal, un grand drapeau et un bouclier marqué RF sont jetés à l'avant. Un fusiller marin est à l'affût à gauche, un fantassin blessé tombe à droite.
Oeuvres en rapport :
1902, Paris, Ecole des Beaux-Arts, exposition des oeuvres de Falguière, modèle en plâtre, n° 30 Saïgon, même Monument érigé à Saïgon, sans le drapeau, 1892 Maquette, Paris, musée d’Orsay (RF 2680) Masque mortuaire de Gambetta, 1882, Paris, musée Carnavalet
Source :
Fonds Debuisson
Paris, Archives nationales, F/21/2170 ;  Lot, dossier bleu, F1CI 154
Documentation du musée d’Orsay
2002, Aleyrangues, Alexia, Les monuments commémoratifs et les lieux de mémoire dans le département du Lot, des années 1870 à l’après-guerre, mémoire de maîtrise, Toulouse
2008, relevé sur le terrain par l’équipe scientifique.
 
Bibliographie :
1884, L’Illustration I, p. 229
1916, Lami, Stanislas, Dictionnaire des sculpteurs de l’Ecole française au dix-neuvième siècle, quatre volumes, t. II, p. 330
2018, Lalouette, Jacqueline, Un peuple de statues. La célébration sculptée des grands hommes (France 1801-2018), photographies de Gabriel Bouyé, Paris, Mare et Martin, p. 22, 63, 64, 78-80, 204, 206, 210, 212, fig. 113, 215, 219, 222, 247, 260, 263, 271, 276, 312, 319, 330, 359, 365, 407, 442, 444, 448, 473, 487, 496, 497, 506, 508, 516, 518, 582.
Identifiant :
2753
Localisation à l'origine
Occitanie, Lot, Cahors, place d'Armes
Localisation actuelle
Occitanie, Lot, Cahors, square Fénelon, actuelle place François-Mitterrand