Monument à François Rude


Date : 1886
Catégorie de monument :
Grands hommes
Type d'oeuvre :
statue
Matériaux :
bronze
Sculpteur(s) :
Tournois, Joseph (Chazeuil, Côte-d'Or 1830 - Paris 1891)
Personnage(s) représenté(s) :
Rude, François (Dijon 1784 - Paris 1855)
Architecte :
Chevrot Alfred (? - ?)
Inscriptions :
sur le piédestal, à l’avant : F. RUDE / NE A DIJON LE IV JANVIER / MDCCLXXXIX / MORT A PARIS LE III NOVEMBRE / MDCCCLV ; à l’arrière : ERIGE PAR SOUSCRIPTION PUBLIQUE / AVEC LE CONCOURS DE LA VILLE / ET DE L’ETAT /MDCCCLXXXVI ; sur le côté : GASPAR MONGE / JEANNE D’ARC / LE MARECHAL NEY / NICOLAS POUSSIN / HEBE / L’AMOUR DOMINATEUR / MERCURE / LE JEUNE PECHEUR / LE DEPART / LE BAPTEME DU CHRIST / LOUIS XIII / GODEFROY CAVAIGNAC
(”omis le Calvaire - le Réveil de l’aigle (tombeau de Napoléon à Fixin”)
Historique :
1882 : 20 février, le comité d’érection dijonnais propose à la municipalité la liste des emplacements souhaités pour le monument, en préférant la place Saint-Nicolas (actuelle place de la République). La commission municipale choisit la place Saint-Pierre (actuelle place Wilson). Le comité formé à Paris souhaite la cour de l’hôtel de ville. La municipalité refuse officiellement pour des raisons esthétiques, mais en fait, la figure de Rude renvoie trop directement à la légende napoléonienne encore vivante à Fixin. Finalement la place Darcy est choisie.
1886 : 18 octobre, l’inauguration, sous la présidence de Turquet, sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, est chargée de signification politique. Rude est perçu comme une grande figure artistique mais aussi politique du fait de son patriotisme et de la ‘fierté plébéienne de son caractère’. Les aspects patriotiques de son oeuvre sont loués à travers le Départ des Volontaires.
1942 : 13 janvier, enlevé et refondu sous le régime de Vichy ; la Ville refuse les 30 F de compensation et réclame une statue en pierre.
1944 : remplacé par une statue de la Liberté.
1953 : l’oeuvre est remplacée par une statue de Rude réalisée par Vigoureux aux frais de l’Etat installée place Auguste-Dubois (photographie 78 AP 109-4)
Description :
H. 3 m. Le sculpteur est représenté habillé d’un pardessus tenant un maillet et un ciseau dans la main droite. 
Oeuvres en rapport :
Buste de Rude commandé pour le décor extérieur de l'Orangerie du musée du Luxembourg
Source :
Fonds Debuisson
Archives nationales, F1CI 144, érection autorisée par décret du 27 juin 1881
Documentation du musée d’Orsay, photographie ancienne du monument
1987, Baridon Laurent, Les monuments publics érigés à Dijon entre 1789 et 1914, mémoire de maîtrise sous la direction de Roland Recht, Université de Bourgogne
 
Bibliographie :
1924, Bourgogne et territoires voisins, Guide Bleu, p. 87
1995, Poirrier (Philippe) et Vadelorge (Loîc), “La statuaire provinciale sous la troisième République, une étude comparée : Rouen et Dijon”, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 42-2, avril-juin, p. 240-269.
2016, Rionnet, Florence, Les Bronzes de Barbedienne. L’oeuvre d’une dynastie de fondeurs (1834-1954), Paris, Arthena, Mon. 42, p. 493
2018, Lalouette, Jacqueline, Un peuple de statues. La célébration sculptée des grands hommes (France 1801-2018), photographies de Gabriel Bouyé, Paris, Mare et Martin, p. 56, 98, 124, fig. 66, 308

 
Identifiant :
4655
Localisation à l'origine
Bourgogne-Franche-Comté, Côte-d'Or, Dijon, place Darcy