Vierge


Date : 1918-1923
Catégorie de monument :
Grands hommes
Type d'oeuvre :
statue
Matériaux :
cuivre repoussé
Sculpteur(s) :
Roze, Albert (Amiens 1861 - Amiens 1952)
Personnage(s) représenté(s) :
Marie, sainte, (? - ?)
Architecte :
Bernard Henri (? - ?) ; Monduit (? - ?)
Historique :
après 1918 : la sculpture est réalisé par les ateliers Philippe Monduit fils.
La carte postale porte au dos un poème de Théodore Botrel :
Du sommet du clocher dans la lumière blonde,
La Vierge rayonnait sur tous les alentours.
Et, nous offrant de loin, pour le salut du Monde,
Son Jésus, bras en croix, bénissait nos labours.
La Vandale arriva soudain, sa horde immonde
Bombarda nos beffrois, nos clochers et nos tours.
Mais la Vierge blessée - ô Bonté sans seconde ! -
En chancelant nous tend son fils, encor, toujours !
Et son geste est le vôtre aussi, Femmes françaises :
Après tant, tant de jours troublés, de nuits mauvaises,
Quand même n’auriez-vous qu’un enfant pour soutien,
Chancelantes, le coeur broyé, le front sévère
En lui montrant la France en pleurs sur son calvaire,
Vous lui criez : Va, monte, ô mon Fils... et meurs bien !
Albert, 14 mais 1915
Oeuvres en rapport :
Version bronze pour le Monument aux morts de Saint-Urbain (Finistère), cimetière communal Edition signée le 1er septembre 1915 par la maison Barbedienne 2016 : Rionnet, Florence, Les Bronzes de Barbedienne. L’oeuvre d’une dynastie de fondeurs (1834-1954), Paris, Arthena, Mon. 202, p. 510.
Source :
Fonds Debuisson
Documentation du musée d’Orsay
1982, relevé sur le terrain par l’équipe scientifique
Identifiant :
5098
Localisation à l'origine
Hauts-de-France, Somme, Albert, Notre-Dame-de-Brébières
Localisation actuelle
Hauts-de-France, Somme, Albert, Notre-Dame-de-Brébières