Monument aux morts de 1870, ou Monument aux enfants du Cher dit l’Homme-taureau ou Monument de Bourges aux "mobiles" morts du Cher


Date : 1907
Catégorie de monument :
Monuments aux morts 1870
Type d'oeuvre :
statue
Matériaux :
bronze
Sculpteur(s) :
Baffier, Jean (Neuvy-le-Barrois 1851 - Paris 1920)
Fondeur :
Siot (? - ?)
Inscriptions :
sur le socle : AUX / ENFANTS DU CHER / MORTS / POUR LA PATRIE / 1870-1871
Historique :
1892 : projet de commémoration des soldats du 19e régiment du Cher morts durant la bataille de Juranville (vers Montargis)
1896 : organisation d’une souscription ; Baffier est chargé du projet ; premier projet avec un socle différent : il figurait un édicule auquel on accédait par plusieurs marches ; aux angles se trouvaient quatre canons sur la bouche desquels étaient posés des casques, évoquant différentes périodes militaires (les canons : bataille de Marignan en 1515, bataille de Rocroi en 1643, bataille de Valmy en 1792, Austerlitz en 1805 ; les casques étaient ceux de Vercingétorix, Godefroy de Bouillon, Jeanne d’Arc et des soldats de la 1ère République). Une jeune fille personnifiant l’Espoir gravissait les marches et suspendait une couronne à un panneau simulant la porte d’un tombeau.
1896 : projet d’érection d’un monument en souvenir des mobiles du 19ème Régiment de marche du Cher et de leur bravoure lors de la bataille de Juranville.
1907 : 2 juin, inauguration.
Il existe une carte postale portant de la main de Baffier : “Va mon géant de l’ours, va mon Gargantua dire au beau critique d’art Lemoine que j’ai fait la véritable image de la victoir (sic) des années Gallo-française 1870-71 1914-18 Jean Baffier Et il n’est pas d’Egypte, ni d’Assyrie celui-là. Il est de la Gaule XIXe siècle après Jésus Christ. On verra bien, un jour ou l’autre que j’avais raison. Hélas ! ce sera trop tard !”
Description :
La statue est aussi dénommée l’"Homme du pays" par Charles Achard. "L’Espoir". L’homme serre contre sa poitrine une épée gauloise que le soc de sa charrue vient de mette au jour..
Au Salon SNBA de 1901, Baffier exposait, n° 6-4 - Le bijou Kruger figurant une épée gauloise ornée de gui sacré (commandé par le comité du XIVe arrondissement pour les Boers et offert à Paul Kruger à l'occasion de son voyage en France).
Oeuvres en rapport :
1901, Paris, Salon (SNBA), n°6-1, L'Homme du pays se réveille en face de l'étranger spoliateur. Pour le monument de Bourges aux enfants du Cher morts pour la défense du sol sacré de la patrie n° 6-2, Etude pour la statue ci-contre. Avant 1900, petit modèle en plâtre, H. 1,20 ; L. 0,44 ; P. 0,42, Sancoins, maison artistique Jean Baffier, sans numéro d'inventaire Dessin de Baffier pour la couverture du Réveil de la Gaule de janvier 1904 (Bourges, musée du Berry)
Source :
Fonds Debuisson
Documentation du musée d’Orsay
1990, relevé sur le terrain par l’équipe scientifique
2002, 18 juillet, communication écrite de Mme Besenval, Service documentation-Archives, Bourges
Bourges, Archives municipales, IM162
Bibliographie :
1911, Achard Charles, Jean Baffier, Bibliothèque régionaliste, p. 18 ; 1996, Roth, Christian, “Baffier et l’art funéraire” in Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, juin, n° 126
1996, Neil McWilliam, “Race, remembrance and Revanche : commemorating the Franco-Prussian War in the Third Republic”, dans Art History, volume 19, n°4, décembre, p. 473-
2000, McWilliam, Neil, Monumental intolerance, The Pennsylvania State University Press University Park, Pennsylvania, p. 72-73, 77, 80
2015, Chambrion Matthieu, Statues dans la ville. Un musée à ciel ouvert en Centre-Val de Loire, Cahiers du Patrimoine 110, Inventaire général du patrimoine culturel, Lyon, éditions Lieux Dits, n° 65, p. 154
Identifiant :
1000
Localisation à l'origine
France, Centre-Val de Loire, Cher, Bourges, place Séraucourt
Localisation actuelle
France, Centre-Val de Loire, Cher, Bourges, place Séraucourt