Bourdelle, Antoine

Personnage représenté

2 monument(s) lié(s)
Chargement...

Biographie : Sculpteur Fils d'un ébéniste, Bourdelle conserva toute sa vie le goût du matériau. Il fut l'élève et le praticien de Rodin de 1893 à 1908. Celui-ci l'influença fortement, ce que révèle la production de ses débuts, même si son goût pour le monumental et pour une construction accusant les plans s'y manifeste déjà. La série des portraits de Beethoven, échelonnés entre 1888 et 1929, sont des exemples d'une veine symboliste emportée, ainsi que le 'Monument aux morts de 1870' à Montauban (1893-1902). Bourdelle délaissa après 1900 cet aspect tourmenté pour une recherche plus rigoureuse et construite, se référant à l'archaïsme grec sensible dans la “Tête d'Apollon” (1900), “l'Héraklès archer” (1909) ou le “Centaure mourant” (1911). Bourdelle réalisa également la décoration peinte et sculptée du théâtre des Champs-Elysées (1912), ce qui lui permit d'approfondir la question du rapport de la sculpture à l'architecture, en particulier du relief à la paroi. Ses grands monuments commémoratifs (monument équestre du général Alvéar, Buenos Aires ; monument à Mickiewicz, 1904, Paris) montrent un fort souci de la tectonique.

Secteur d'activité : arts et lettres, sculpture
Période historique : Troisième République