Delacroix, Eugène

Personnage représenté

5 monument(s) lié(s)
Chargement...

Biographie : Peintre Après des études secondaires classiques au lycée impérial (actuel lycée Louis le Grand), Delacroix suivit les conseils de son oncle, le peintre Henri Riesener, et entra, en 1816, dans l'atelier de Guérin. Elève à l'Ecole des Beaux-Arts, il fut sensible aux premières manifestations du romantisme dans l'oeuvre de Gros et de Géricault, ce dont témoigne “La Barque de Dante”, exposée au Salon de 1822 et acquise par l'Etat. Deux ans plus tard, la présentation des “Massacres de Scio” fit de Delacroix le chef de file des romantiques, alors qu'Ingres incarnait, avec le “Voeu de Louis XIII”, le camp classique. Un voyage en Grande Bretagne lui permit d'approfondir sa connaissance des paysagistes anglais, et d'apprécier Shakespeare, dont les thèmes lui fournirent par la suite maints sujets d'inspiration. De retour à Paris à la fin des années 1820, Delacroix produisit de nombreuses toiles inspirées de sujets littéraires (”La Mort de Sardanapale”) mais aussi des portraits et des compositions historiques. La Révolution de 1830 fut l'occasion pour le peintre de révéler son souffle épique dans le traitement romantique de l'histoire contemporaine (”La Liberté guidant le peuple”). Au début des années 1830, Delacroix délaissa les salons mondains parisiens dans lesquels il avait fréquenté Stendhal, Mérimée, Dumas, George Sand et Chopin pour entreprendre un voyage au Maroc, puis en Algérie, qui lui fournit de nombreux motifs aux couleurs et à la lumière renouvelées. De retour en France, et pendant les années 1840, Delacroix entreprit d'importants ensembles de décors (Palais du Luxembourg, palais Bourbon...) et exposa sans discontinuité au Salon. L'Exposition universelle de 1855 fut pour son oeuvre l'occasion d'un triomphe, alors qu'il se consacrait à de nouveaux décors (Galerie d'Apollon au musée du Louvre, Eglise Saint-Sulpice).

Secteur d'activité : arts et lettres, peinture et arts graphiques
Période historique : Restauration