Richelieu, Armand Jean du Plessis, cardinal duc de

Personnage représenté

7 monument(s) lié(s)
Chargement...

Biographie : Cardinal et homme politique Richelieu se destinait à une carrière militaire, mais son frère ayant abandonné l'évêché de Luçon pour entrer à la Grande Chartreuse, il résolut de lui succéder. Il fut ordonné évêque en 1607 et se consacra avec zèle à l'administration de son diocèse. Il fut élu représentant du clergé aux Etats Généraux de 1614, s'y fit remarquer par son éloquence et sa sagesse, plut à la reine-mère Marie de Médicis et à Concini et fut nommé secrétaire d'état à l'Intérieur et à la Guerre en 1616. La mort de Concini et la disgrâce de Marie de Médicis le firent s'exiler, à Blois puis dans son prieuré de Coussay, mais il sut réconcilier le roi et la reine mère et il fut réhabilité. Nommé cardinal en 1622, il devint deux ans plus tard le principal ministre de Louis XIII et le restera jusqu'à sa mort. Il travailla à restaurer l'autorité royale, face aux protestants et face aux nobles. Le péril huguenot fut définitivement conjuré après la capitulation de La Rochelle (28 octobre 1628) et la signature de la Paix d'Alès (1629) qui, tout en garantissant aux protestants la liberté du culte, leur enlevait leurs places fortes. Pour contrer la noblesse, il fit interdire les duels et démanteler les châteaux-forts privés. Il réussit à écarter la menace des Habsbourg d'Espagne et d'Autriche, posa les fondements de l'hégémonie française, développa le commerce lointain, bâtit une marine nationale, jeta les bases d'un empire colonial. Grand politique, Richelieu fut aussi un grand amateur d'art, un grand collectionneur. Conscient du prestige que pouvait apporter à la royauté la culture, il agrandit la Sorbonne et créa l'Académie française en 1634.

Secteur d'activité : politique, hommes politiques
Période historique : XVIIe siècle