Zola, Emile

Personnage représenté

2 monument(s) lié(s)
Chargement...

Biographie : Homme de lettres Fils d'un ingénieur italien, il perd son père à sept ans. Zola mène une vie difficile avec sa famille, à Aix-en-Provence, puis à Paris, où il étudie au lycée Louis-le-Grand, et où il échoue au baccalauréat. Cet échec le contraint à tâter de divers emplois. De 1862 à 1866, il dirige le service de publicité de la Librairie Hachette, puis se consacre au journalisme, écrivant tout à la fois des critiques littéraires, artistiques, dramatiques et menant déjà de véritables campagnes de presse, aux côtés des républicains, contre les intrigues, l'hypocrisie et la corruption du pouvoir impérial. En 1870, il entame le cycle des “Rougon-Macquart”, “Histoire naturelle et sociale d'une famille du Second Empire”. Vingt titres paraissent régulièrement de 1871 à 1893. Zola fait du roman une arme politique et sociale. En 1888, sa vie se trouve bouleversée par sa rencontre avec Jeanne Rozerot, qui devient sa maîtresse et dont il a deux enfants que sa femme adopte à la mort de leur mère. En 1898, nouveau bouleversement : convaincu de l'innocence du capitaine Dreyfus, il publie le 11 janvier 1898, dans “L'Aurore” (journal de Clémenceau) une lettre retentissante au président de la République : “J'Accuse !”. Cette lettre lui vaut un procès, une condamnation, un exil forcé à Londres, beaucoup d'admirateurs mais aussi un nombre infini d'ennemis. Haï, calomnié (en partie pour ses origines étrangères), il meurt en 1902, dans son appartement parisien, dans des conditions suspectes (une asphyxie qui pourrait être d'origine criminelle).

Secteur d'activité : arts et lettres, littérature et théâtre
Période historique : Second Empire