Monument aux morts de 1870, ou Monument aux enfants de Loire-Inférieure, ou Monument aux combattants, dit aussi Pour le drapeau


Date de création : 1896 Date d'inauguration : 1897
Catégorie de monument :
Monuments aux morts 1870
Type d'oeuvre :
groupe ; statue
Matériaux :
bronze
Sculpteur(s) :
Bareau, Georges (Paimboeuf 1866 - Nantes 1931) ; Lebourg, Charles-Auguste (Nantes 1829 - Paris 1906) ; Baralis, Louis (Toulon 1862 - ? 1930) ; Allouard, Henri (Paris 1844 - Paris 1929)
Fondeur :
Leblanc Barbedienne (? - ?) ; Courroyer Edouard ( - )
Inscriptions :
sur la base de l’artilleur, à gauche : H. ALLOUARD 1896 ; à droite : LEBLANC-BARBEDIENNE FONDEUR
Historique :
1896 :1er février commande de l'Etat à Allouard, Artilleur, 3000 F; Fusilier colonial, 3000 F. bronze du groupe de Bareau réalisé par Leblanc-Barbedienne pour 8 000 F., les quatre statues pour 10 000 F.
1897 : financé par une souscription publique organisée par l’Association des anciens officiers de Terre et de Mer et par l’Union fraternelle et patriotique des Anciens Combattants de 1870-1871 ;
1897 : 21-22 avril inauguration en présence du président de la République Félix Faure, de Méline, président du Conseil, de Louis Barthou, ministre de l’Intérieur, de l’amiral Besnard, minitre de la Marine, et d’Etienne Etiennez, maire de Nantes. Le président de la République effectuait alors un voyage dans l’Ouest (Loire-Inférieure, Vendée, Deux-Sèvres).
Le groupe en bronze “Pour le drapeau” représentant un homme terrassant un aigle est de Bareau. Le Fantassin est dû à Charles Lebourg, le Marin à Louis-Auguste Baralis, l’Artilleur et le Fusillier colonial à Henri Allouard, commandés le 1er février pour 3 000 F. chacun.
1940 : dans la nuit du 30 au 31 août, le groupe est déboulonné en raison de son iconographie (l’aigle ayant alors été interprété comme l’aigle allemand). Des ouvriers municipaux le cache dans un entrepôt de la ville, impasse de la Moutonnerie.
1981 : le groupe de Bareau est retrouvé à la manufacture des Tabacs de Nantes. Restauré par le sculpteur Raphaël Tullou (réfection d’un bras, du sabre et de la tête de la République), et par la fonderie F. Joly de Saint-Aignan de Grand-Lieu.
1987 : il retrouve sa place.
2013 : rénovation par Antoine Amarger
Description :
H. 3,40 m
Bareau Georges, groupe principal (refondu)
Allouard : Artilleur et Fusilier colonial (82 AP 112-25 A)
Baralis : Fusilier marin (82 AP 112-27 A)
Lebourg : Soldat fantassin (82 AP 112-28 A)
Oeuvres en rapport :
1895, Paris, Salon (SAF), plâtre, n° 2840, médaille de 2e classe 1900, Paris, Exposition universelle de Paris, n° 18. Acquis par l’Etat pour 4 500 F., prêté à Barbedienne pour la réalisation du bronze destiné à Villeneuve-sur-Lot en 1901, réintégré au dépôt des Marbres le 18 mars 1902 ; endommagé par les inondations de 1910 Réductions éditées en bronze par Leblanc-Barbedienne : Pour le drapeau, contrat du 27 juillet 1895, L'Artilleur et le Marin (sans contrat conservé)
Source :
Fonds Debuisson
Archives nationales F/21/2154 ; F/21/2157 ; F/21/2178
Documentation du musée d’Orsay, photographies 82 AP 112-25 A à 28 A (avant restauration)
1979, relevé sur le terrain par l’équipe scientifique
1989, communication de M. Claude Bareau
Bibliographie :
1919, Lami, Stanislas, Dictionnaire des sculpteurs de l'Ecole française au Dix-neuvième siècle, Paris, Honoré Champion, quatre volumes, t. III, p. 270
1989, Claude Kahn, Statues figuratives de Nantes, Nantes, p. 27
2016, Rionnet, Florence, Les Bronzes de Barbedienne. L’oeuvre d’une dynastie de fondeurs (1834-1954), Paris, Arthena, Mon. 72, p. 497
Identifiant :
1116
Localisation à l'origine
France, Pays-de-la-Loire, Loire-Atlantique, Nantes, cours Saint-Pierre
Localisation actuelle
France, Pays-de-la-Loire, Loire-Atlantique, Nantes, cours Saint-Pierre