Le Baiser suprême


Date : 1927
Catégorie de monument :
Statuaire décorative, sujets antiques et mythologiques
Type d'oeuvre :
statue
Matériaux :
marbre
Sculpteur(s) :
Christophe, Ernest (Loches, Indre-et-Loire 1827 - Paris 1892)
Inscriptions :
signé et daté sur le rocher à gauche : E. CHRISTOPHE 1891.
Au pied du sphinx sont gravés cinq vers : Heureux qui, possédant la chimère éternelle / LiVRE au monstre divin uN coeur ensanglanté / et savoure, pour mieux S’anéantir en elle / l’extase de la mort et de la volupté / dans l’éclair d’un baiser qui vaut l’éterniTE ! / LECONTE DE LISLE
Historique :
1892 : marbre acquis 12 000 F par l’Etat pour le musée du Luxembourg (LUX 102) ; 1892-1923, musée du Luxembourg ; 1923-1927, attribué au Louvre (RF 2223) ; 1927, 18 juin, arrêté de dépôt au musée du Mans, hôtel de Tessé - hélas érigé à l’extérieur devant le musée. Depuis 1986 dépend du musée d’Orsay. Mise à l’abri en 2011
Description :
H. 2,48 m H. 2,40 m.
Expositions :
1892, Paris, Salon (SAF), n° 2425 (Feu Ernest Christophe)
Oeuvres en rapport :
1889, Paris, Salon, modèle en plâtre, n°4182
Source :
Fonds Debuisson
1991, relevé sur le terrain par l’équipe scientifique
Documentation du musée d’Orsay, dossier RF 2223, photographies 1977, Jean-René Gaborit ; 1979, Isabelle Lemaistre ; 1981, Antoinette Le Normand ; 1987 Christian Beutler ; 1994 Catherine Chevillot ; 2004 récolement encore à l’extérieur. 2011 récolement à l’intérieur (enfin !)
2002, 21 février, communication écrite de M. Boulard, Archives municipales du Mans
Bibliographie :
1893, Gustave Geffroy, “Salons de 1892. Aux Champs-Elysées. IX. L’incertitude des sculpteurs”, La Vie artistique, 2ème série, Paris, E. Dentu, p. 291-292 ; 1972, Maurice Rheims, La Sculpture au XIXe siècle, Paris, Arts et Métiers graphiques, p. 362.
Identifiant :
3274
Localisation à l'origine
Pays-de-la-Loire, Sarthe, Le Mans, jardin du musée de Tessé
Localisation actuelle
Pays-de-la-Loire, Sarthe, Le Mans, jardin du musée de Tessé