Monument à Eugène Carrière


Date : 1934
Catégorie de monument :
Grands hommes
Type d'oeuvre :
statue ; bas-relief
Matériaux :
bronze ; pierre
Sculpteur(s) :
Carrière, Jean-René (Gournay-sur-Marne, Seine-Saint-Denis 1887 - Paris 1982) ; Collamarini, René (Paris 1904 - Saint-Mandé 1983)
Personnage(s) représenté(s) :
Carrière, Eugène (Gournay-sur-Marne 1849 - Paris 1906)
Architecte :
Sauvage Henri (1873-1932) (? - ?)
Inscriptions :
sur le piédestal, à l'avant : EUGENE CARRIERE / 1849-1906 ; sur le piédestal : PIERRE HENRI SAUVAGE / ARCHITECTE / JEAN-RENE CARRIERE / SCULPTEUR
sur deux plaques en bronze de terte : AUTHENTICITE N'EST PAS VERITE / PAS PLUS QUE LE MOULAGE / N'EST / DE L'ART. C'EST LE SENS QUI EST VRAI / C'EST L'ART QUI RENOUVELLE LE VERBE / EN DECOUVRANT TOUJOURS A NOUVEAU / LES ORIGINES DE NOS EMOTIONS; à l'arrière : IL N'Y A DE VRAI QUE CE QUI / EST D'ACCORD AVEC L'ETERNEL / L'ACCIDENT N'EST PAS VRAI / UN SCHEMA N'A DE VALEUR QUE PAR / CE QU'IL REPRESENTE : LE GESTE / INCONSCIENT ET LE GESTE DE LA PENSEE ; sur la droite : LA NATURE A FAIT L'HOMME/ FORTE RICHE DE DONS IL FAUT / SE LE REDIRE ET L'HOMME PAR / SA CRUELLE INCLINATION A LA / DOMINATION DE SES SEMBLABLES / A FORCE LES HOMMES A NE VOIR / QUE LEURS MISERES, RESULTAT DE LEUR PROPRE / INCONSCIENCE-L'AMOUR SINCERE POUR LES / AUTRES HOMMES NOUS DONNE UNE FORCE / INVINCIBLE QUI TRIOMPHE DE TOUT - POUR QU'UNE ACTION SOIT AGISSANTE IL / FAUT QUE LE SENTIMENT DEPASSE LE / RAISONNEMENT - EUGENE CARRIERE
Historique :
1912 : le comité à Eugène Carrière demande un emplacement pour ériger un monument à sa mémoire dans les jardins du Grand-Palais par l’intermédiaire de Frantz Jourdain, le président. Leur demande est rejetée car un décret, interdit l’érection de monuments en ce lieu.
1931 : Frantz Jourdain réitère sa demande. Il propose un emplacement à l’angle de la rue Caulaincourt et de l’avenue Junot à Montmartre, en accord avec les idées politiques de Carrière.
1932, 18 juin : avis favorable du Comité technique et d'esthétique du Conseil municipal
1932 : 2 décembre, le conseil municipal donne son autorisation pour ériger le monument.
1933 : Henri Sauvage, l’architecte choisi en premier lieu, est mort. Le socle est terminé par ses successeurs Escrivan et Charpentier.
1933 : février publication du décret d’hommage public.
1936 : Jean-René Carrière apporte quelques modifications à son travail
1936 : 29 novembre, inauguration.
1942 : refondu sous le réime de Vichy
1955 : une pétition est lancée par Mme Delvolve-Carrière, pour le reconstruire.
1956 : le conseil municipal accepte et soumet le projet à l’administration des Beaux-Arts de la ville pour étude. La participation de la famille consisterait en l’exécution de la statue de Jean-René Carrière sur l’ancien emplacement mais sur un nouveau socle.
1957 : le conseil municipal donne son accord pour l’érection du nouveau monument.
1957 : 28 octobre, nouveau décret d’hommage public. Une réplique en pierre d'après le plâtre original est exécutée par Collamarini
1959 : inauguration de la réplique en pierre.
Description :
H. 2,90 m. Des fautes figuraient sur les inscriptions du premier monument : "LA DESTINE HUMAINE" "L'HOMME PAR SA CRUELLE INCLINATION DE SES SEMBLABLES" (Lanfranchi 2013, p. 190).
Oeuvres en rapport :
Esquisses, musée de Beauvais 1934, Paris, Salon d'Automne, n°303 - Monument à Eugène Carrière (fragment)
Source :
Fonds Debuisson
Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, Conservation des Œuvres d'Art Religieuses et Civiles, doothèque des Arts)
Archives de Paris VM 92 1 et VM 92 8
Documentation du musée des Années Trente, Boulogne-Billancourt
Documentation du musée d'Orsay, photographies 02 AP 59-17 A à 60 21 A
1979, Lanfranchi, Jacques, Statues de Paris, thèse de doctorat de IIIe cycle, sous la direction de Maurice Agulhon
http://paris1900.lartnouveau.com/paris18/lieux/statue_eugene_carriere.htm
Bibliographie :
1934, L'Art et les Artistes, novembre, p. 69.
1973, Kjellberg, Pierre, Le guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts, 2e édition en 1988 (Le nouveau guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts).
1985, Gaudichon, Bruno ; Chavanne Blandine, catalogue de l'exposition Jean-René Carrière 1888-1982, Poitiers, musée Sainte-Croix.
1989, Hargrove, June, Les Statues de Paris,Paris, éditions Albin Michel, p. 178, 285, 287, 310.
1996, Poisson, Georges, Le sort des statues de bronze parisiennes sous l'occupation allemandes, 1940-1944, dans Paris et Ile-de-France, Mémoires publiés par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l'Ile-de-France, tome 47, p. 289-290.
2013, Lanfranchi, Jacques, Les statues des héros à Paris, les lumières dans la ville, Paris, l’Harmattan, p. 190.
2018, Lalouette, Jacqueline, Un peuple de statues. La célébration sculptée des grands hommes (France 1801-2018), photographies de Gabriel Bouyé, Paris, Mare & Martin, p. 98, 
Identifiant :
5630
Localisation à l'origine
place Constantin-Pecqueur
Localisation actuelle
Ile-de-France, Seine, Paris, 18e arr., square Joël Le Tac, avenue Junot