Fontaine Saint-Michel


Date : 1860
Catégorie de monument :
Statuaire décorative, fontaine
Type d'oeuvre :
groupe ; statue ; bas-relief ; haut-relief
Matériaux :
bronze ; pierre
Sculpteur(s) :
Duret, Francisque Joseph (Paris 1804 - Paris 1865) ; Barre, Jean-Auguste (Paris 1811 - Paris 1896) ; Guillaume, Eugène (Montbard, Côte-d'Or 1822 - Rome 1905) ; Gumery, Charles-Alphonse-Achille (Paris 1827 - Paris 1871) ; Robert, Louis ( ? - ?) ; Constant, Noémie (Paris 1828 - Saint-Jean-Cap-Ferrat 1888) ; De Bay fils, Jean-Baptiste-Joseph (Nantes 1802 - Paris 1862) ; Jacquemart, Alfred (Paris 1824 - Paris 1896)
Architecte :
Davioud Gabriel (1823-1881) (? - ?) ; Thiébaut Frères (? - ?)
Inscriptions :
sur la table, au sommet : FONTAINE SAINT MICHEL / SOUS LE REGNE DE NAPOLEON III EMPEREUR DES FRANCAIS / CE MONUMENT A ETE ELEVE PAR LA VILLE DE PARIS / AN MDCCCLX
texte ajouté postérieurement : A LA MEMOIRE / DES SOLDATS DES FORCES FRANCAISES / DE L’INTERIEUR ET DES HABITANTS DES VE ET / VIE ARRONDISSEMENTS QUI SUR CES LIEUX / TROUVERENT LA MORT EN COMBATTANT / L’AN MCMXLIV / DU 15 AU 25 AOUT APRES 50 MOIS D’OCCUPATION ALLEMANDE LE PEUPLE DE PARIS / A L’APPROCHE DES ARMEES LIBERATRICES / SE SOULEVA CONTRE L’OPPRESSION
Historique :
Georges-Eugène Haussmann (Paris 1809 – Paris 1891), préfet du département de la Seine de 1853 à janvier 1870, a le « culte de l’axe » : il veut une perspective face au pont Saint-Michel.
L’ingénieur en chef du service des promenades et plantations, Jean-Charles-Adolphe Alphand (1817 – 1891), fait un rapport à la commission des Beaux-Arts.
1859 : la délibération du 16 avril est suivie de la décision ministérielle du 6 mai autorisant l’érection de la fontaine pour un coût de 389 800 F, statuaire comprise, sous la direction de l’architecte de la ville Gabriel Davioud (Paris 1824 – Paris 1881).
1860 : le 15 août, inauguration.
Restaurée par Antoine Amarger.
Description :
H. 26 x 15 m. De haut en bas : Les deux aigles qui figuraient au sommet en 1860 (cf. contretypes 80 AP 143-2 et 84 AP 99-11) sont remplacés par des poinçons. A. Debay, Puissance et modération, figures couchées du fronton, pierre ; quatre allégories debout en bronze, de gauche à droite : A. Barre, Prudence ; E. Guillaume, Force ; E. Robert, Justice ; Ch. Gumery, Tempérance ; chaque modèle est payé 6000 F par la Ville de Paris. Celui de Guillaume se trouve au musée de Semur-en-Auxois. Rinceaux habités d’enfants de Claude Vignon (Noémie Constant), relief pierre (15 000 F) qui remplace en 1862 la table de marbre vert accentuant la polychromie condamnée en 1860. F. Duret, Saint-Michel terrassant le dragon, groupe bronze, H. 5,5m, modèle payé 36 000F par la Ville de Paris, plâtre demi nature au musée de Nantes. A. Jacquemart, deux dragons ailés, bronze Eck et Durand, payés 20 000 F par la Ville de Paris : FDERIE DE ECK ET DURAND.
Oeuvres en rapport :
Francisque Duret, Saint Michel terrassant le dragon, plâtre demi nature, Nantes, musée des Beaux-Arts ; Eugène Guillaume, force, modèle plâtre, musée de Semur-en-Auxois.
Source :
Fonds Debuisson
Documentation du musée d’Orsay, photographies 80 AP 368-11 à 370-22 ; 84 AP 99-11 ; 02 AP 91-18 A ; fotomo couleur AP 4/8/2007
Bibliographie :
1860, L’Illustration, II, p. 109
1868, L’Illustration, I, p. 21
1914-21, Lami, Stanislas, Dictionnaire des sculpteurs de l’Ecole française au dix-neuvième siècle, quatre volumes, t. I, p. 51 ; t. II, p. 133, 268 ; t. III, p. 135, 193, 197 ; t. IV, p. 150, 362
1973, Kjellberg, Pierre, Le guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts, 2e édition en 1988 (Le nouveau guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts)
2003, Deschamps Stéphanie, “Noémie Constant dite Claude Vignon (1828-1888) : “l’ébauchoir du sculpteur et la plume du romancier” (Zola), Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, p. 314-316
Identifiant :
5748
Localisation à l'origine
Ile-de-France, Seine, Paris, 6e arr., place Saint-Michel
Localisation actuelle
Ile-de-France, Seine, Paris, 6e arr., place Saint-Michel